• Bonjour à vous toutes et tous, Comme promis sur le groupe de collègues, je tente un article sur comment j'ai abordé l'étude de la langue avec mes élèves en lien avec leur classe de référence CP ou CE1.

    Aborder la grammaire, l'étude la langue écrite ne semblait pas chose facile pour mes petits élèves TSA dans leur classe alors en accord avec mes collègues j'ai organisé un atelier avec mes élèves TSA mais aussi avec des élèves de leur classe.

    Nous avons commencé par "identifier les principaux constituants d'une phrase simple" Il s'agissait pour nous d'une part de leur enseigner les concepts de nature/fonction des mots mais surtout de donner du sens à ces concepts encore  abstraits pour eux.

    La notion de VERBE d'action

    partir du concret comme souvent avec mes élèves. Pour cela j'ai donc organisé l'atelier sport et grammaire en salle de motricité. cet atelier a été  complété par des ateliers de manipulation en classe (avec le corps , des objets  puis des étiquettes mots) pour finir sur des exercices d'entrainement sur fiche s'approchant du travail demandé en classe. j'ai pour cela emprunté des approches de la pédagogie Montessori, des visuels du Makaton ( car certains élèves utilisent les pictos avec leur orthophoniste) et d'autres.

    Je vais tenter de décrire le principe de séances afin que vous puissiez en comprendre le principe et les adapter à vos élèves si besoin.

     

    phase 1 - Découverte du concept

    Lieu: salle de motricité

    objectif : comprendre que le verbe est le mot qui dit ce que tu fais ( ou ce que quelqu'un fait  par la suite)

    élèves: 3 élèves TSA 4 élèves non TSA de leur classe de référence

    durée 40 mn

    déroulement:

    dans la salle de motricité, les enfants sont assis au sol. du matériel a été disposé dans la salle (bancs, tapis, poutre etc)

    consigne : je dis une action, les enfants doivent la faire (on peut associer le pictogramme ou visuel correspondant à l'action)

    exemple: saute /court/ marche/ soulève/ tourne ....

    Les enfants sont en action.

    Etude de la langue

     

     

    pause : j'explique que les mots que je dis s'appellent des verbes.

    Je demande aux enfants à tour de rôle de dire un VERBE  pour que les autres fassent les actions. Je commence par un élève non TSA et ensuite par "imitation" si besoin les élèves TSA enchainent. Parfois ils répètent le même verbe. ce n'est pas un problème.

     

    cette séance a été reproduite à plusieurs reprises sur des temps plus courts pour introduire au fur et à mesure d'autres concepts sur le même principe:

    - Les pronoms en position de sujet

    -  les noms

    - les adjectifs

    exemple de consigne en fin de projet:

    "saute  dans le cerceau rouge "

    Le déterminant a été abordé directement en classe. j'en parlerai par la suite (article EDL 2).

     

    phase 2 approfondissement

    objectif : comprendre dans un autre contexte le concept de verbe

    lieu : la classe

    matériel : des objets de la vie courante de la classe ( verre, feutre, feuilles, ciseaux, livre, gâteaux ....)

    durée: 15 mn

    consigne : de la même manière, donner une action simple à réaliser

    exemples : découpe, dessine, colorie, mange, boit , chante ...

    cette séance a été reprise également puis on a introduit des étiquettes "mot"

    ainsi "dessine" et les autres verbes étaient écrits en lettre sur des étiquettes (avec ou sans visuel selon les élèves.

    à tour de rôle, les élèves piochaient une étiquette.

    Phase 3 : réinvestissement dans la phrase

    connaitre le concept de verbe n'est pas une fin en soi. Il s'agit bien de comprendre que le verbe a une fonction dans la phrase que l'on entend ou qu'on lit.ainsi de donner du sens à ce qui se joue dans une phrase, un texte, une histoire ...

    Lors de ces séances, suite à l'introduction des pronoms (en séance découverte en motricité) et des prénoms des enfants ou le nôtre, nous avons donc travaillé sur des petites phrases simples

    Rachel danse.

    Barbara découpe ...

    Les élèves ( avec aide si besoin) reconstituent des phrases avec sujet /verbe

    On   introduit le visuel "rond rouge " pour repérer à postériori le verbe dans la phrase.

    cette activité a été réinvestie dans l'étude des albums lus et étudiés dans l'ULIS.

     

    Nous avons ensuite étudié de la même manière le NOM " le mot qui dit ce que c'est"

    idem avec des activités de manipulation (toucher l'objet ou l'apporter )

     

    Exemple de réinvestissement avec l'album "les bons amis"

    Etude de la langue

     

     

    phase 4 Généralisation:

    Proposer des activités variées, avec des supports différents afin d'éviter que la notion/concept abordé soit cloisonné à un type d'activité et pas reconnu dans un autre type de situation. La flexibilité cognitive des élèves TSA n'est pas toujours optimum donc il faut les aider à repérer le verbe dans différents contextes.

    exemples

    - le jeu NATHAN :

    A partir d'une image:

    reconstituer avec des étiquettes  la phrase qui la décrit. Montrer le verbe, le nom etc ...

    - Flip- Flop des phrases (ed chenelière " une phrase à la fois) adapté

    - puzzle des phrases en image ( reconstituer une phrase avec des images et mot en dessous)

    Dans ces activités, les visuels, les verbes, les situations sont différentes.

     

     

    Le jeu Nathan ( je ne retrouve pas la référence désolée)

    Etude de la langue

    Etude de la langue

    puzzle des phrases (trouvé sur le net) merci à la collègue

     

    Flip Flop des phrases

    Etude de la langue

     on peut aussi utiliser des phrases déjà construites pour débuter

     

     

    Phase 5 : réinvestissement sur fiche de travail (peut se faire au fur et à mesure des séances en même temps sur des ateliers différents)

     

    Etude de la langue

    lire la phrase et souligner le verbe en rouge

     

    mais aussi des activités d'entrainement

    comme le tri

    Etude de la langue

    avec des visuels

    Etude de la langue

    juste les mots

    Etude de la langue

    sur fiche individuelle

     

     Voilà, j'espère que cela vous donnera une idée. N'hésitez pas à poser vos questions

    A+


    votre commentaire
  • Le 2 avril est la journée mondiale de sensibilisation à l'autisme . Notre école se mobilise tout au long de l'année pour sensibiliser, informer et expliquer ce qu'est l'autisme aux enfants et aux adultes mais VENDREDI 6 avril ( puisque le 2 il n'y a pas classe), nous marquerons un point d'orgue par la Journée " TOUS en bleu"

    Affiches crées par les élèves autistes de l'école et leurs camarades non autistes en cours de réalisation ...

    Se mobiliser pour l'autisme

     

     

     

    Se mobiliser pour l'autisme


    votre commentaire
  • En ces temps difficiles où l'inclusion scolaire peine à être effective malgré les lois, les circulaires et autres demandes institutionnelles, j'aimerais apporter ma touche positive via ce que nous vivons depuis plus d'un an sur mon école.

    Une classe ULIS TED/TSA (appeler là comme vous voudrez) qui s'installe dans une école, c'est un peu comme un pavé dans la marre alors il a fallu beaucoup de travail de sensibilisation, d'explication, d'accompagnement pour l'enseignante coordinatrice que je suis afin que la coopération s'installe aussi bien entre les enfants qu'entre les adultes. Voici donc quelques pistes de travail que je partage avec vous :

     

    1- Un bon départ

    - Des appuis institutionnels
    Un projet pensé en amont et  porté par les IEN (inspecteurs de l'éducation nationale) qui se déplacent et donnent les "règles du jeu" à savoir la nécessité de respecter la nouvelle circulaire qui stipule que les élèves d'ULIS  sont des enfants à part entière et qu'à ce titre, ils sont scolarisés dans la classe ordinaire. Que l'ULIS est un dispositif qui vient en complémentarité. Ainsi, l'enjeu est de taille. ce n'est plus à l'enseignant de classe ordinaire de dire " oui je veux bien le prendre quelques heures" mais une exigence institutionnelle.

    - Du temps d'échange avec les adultes
    Pour que cela puisse se faire, il faudra penser à l'accompagnement des adultes, au partage de pratiques professionnelles,  il faudra  du temps pour créer  un réel échange et envisager une réelle coordination autour du projet de l'enfant. Il faudra du temps pour donner du sens au parcours scolaire de notre élève commun !

    - Une école qui ne concentre pas toutes les difficultés de la ville ! une ULIS en REP+ c'est pas simple

    - Une majorité d'enseignants motivés ( même s'ils ont quelques appréhensions)

    - Une bonne AVS co

    - un effectif réduit (par exemple 8 élèves max répartis en plusieurs groupes) comme c'est autorisé via la circulaire

    - un partenaire SESSAD ou des libéraux

     

    2- Sensibiliser les élèves

    Mais voilà, pour poursuivre sur notre lancée, on s'est dit que si tout cela était parfois compliqué pour nous alors pour les enfants ?????  On se devait de les accompagner  aussi ;  C'est bien eux qui allaient VIVRE ENSEMBLE !

    J'ai donc décidé avec mes collègues de venir dans chacune des classes de la GS au CM2 ( on verrai les plus jeunes après) pour:

    - prendre les représentations des élèves sur le handicap ( article à paraitre dans la nouvelle revue ASH si tout se passe comme prévu)

    - Donner des éléments de connaissances sur l'autisme et répondre aux questions

    - partager la lecture d'un album ou d'un film

     

    http://www.renaud-bray.com/ImagesEditeurs/PG/1362/1362726-gf.jpg

    https://images-na.ssl-images-amazon.com/images/I/51ZY5XVeI3L._AC_UL320_SR310,320_.jpghttps://i.ytimg.com/vi/_T6uw2nR9fs/maxresdefault.jpg

     

     

    http://www.mondealautre.fr/visuels/oeuvres/Mon-petit-frere-de-la-lune-26.jpg

     

    https://i.ytimg.com/vi/HyPVHdBunlw/maxresdefault.jpg

     Bilan :

     Les enfants sont curieux, ils ont envie d'en savoir plus, d'apprendre et d'être des supers copains ....  mais ils voient souvent les élèves autistes comme sachant moins bien faire les choses qu'eux .... alors il ne faut pas s'arrêter là !

     3 créer des situations d'interactions

    Ce n'est pas facile pour un élève autiste de créer d'emblée des relations avec ses camarades de classe. Ce n'est pas facile ni toujours très spontané pour un enfant NT (neurotypique = non autiste) d'oser aller vers un camarade autiste qui à première vue peut paraitre " bizarre"

    Alors c'est à nous les adultes d'enclencher des situations ... pour favoriser les interactions, les imitations, la socialisation, avec un apprentissage pour tous sur nos singularités et la nécessité de mieux se comprendre pour mieux vivre ensemble et se respecter.

    La mission de coordinatrice ULIS et surtout l'aménagement de mes groupes de travail me permet d'envisager des situations de co-intervention ... J'en ai profité pour explorer plein de situations. En voici quelques unes :

    - La cour de récréation

    Accompagner les jeux des enfants pour les inciter à inclure leur camarade qui ne va pas spontanément vers eux, pour qui parfois c'est trop bruyant ou ça va trop vite (deux élèves ont appris à un petit enfant à faire du toboggan-  jouer au ballon dans un coin plus protégé de la cour, sortir des camions ou des vélos ). La présence de l'adulte rassure, mesure, explique encourage ...

    Apprendre aux enfants à repérer quand un enfant a besoin de s'isoler (et ainsi éviter les mauvaises surprises comme cris, coups ...)

     

    - Accueil du matin en classe ULIS
    avec des enfants autistes et des camarades plus âgés (CE2- CM1), volontaires. Le matin quand la porte de l'école ouvre au lieu d'aller dans la cour, les enfants viennent jouer ensemble dans le local ULIS. Des jeux simples, sans contrainte pour le plaisir d'être là. Si au début les élèves TSA ignoraient leurs camarades, les interactions se sont vite développées. Aujourd'hui, je me mets vraiment en retrait et observe avec grande joie ces échanges. des liens d'amitié se tissent. Ils se retrouvent dans la cour. Ils prennent soin les uns des autres ...

    Mon seul regret c'est trop court (10 à 15 mn avant que les classes remontent)

     

     

    Développer les interactions entre les enfants

     

    Les rois du Bingo !

     

     

     

    Développer les interactions entre les enfants

     

     

     jouer aux voitures, un intérêt spécifique partagé avec les copains !

     

     

     

    - Partager les séances de motricité et EPS :

    deux formes mises au point cette année... Parce que faire sport à 4 ... ça a vite ses limites !

    • partager les séances avec le groupe "classe ordinaire" dans laquelle est scolarisé un des  élèves bénéficiant de l'ULIS (parcours moteur, roller, jeux collectifs, rondes...)
    • Prendre en charge une partie du groupe classe "ordinaire" pour des séances spécifiques ce qui permet également à l'enseignant de travailler avec un groupe plus restreint (ça c'est vendeur !)
      • Par exemple, je fais le parcours moteur avec les GS de la classe GS/CP ce qui permet à ma collègue d'avoir un temps uniquement avec ses élèves de  CP.
      • L'an passé, prise des élèves de GS en demi-groupe pour un atelier de danse contemporaine ce qui permet à tous les élèves de travailler en petit groupe, de bien observer, d'être au calme et de mieux comprendre les consignes. L'environnement est alors plus adapté.
      • travail autour des actions motrices( apprendre par le corps) et la grammaire avec des élèves du CE1 d'un élève de l'ULIS  qui tournent chaque semaine pour que toute la classe passe régulièrement ( exemple, nous avons travailler sur le concept de verbe et de pronoms en créant des jeux d'actions avec des pictogrammes en soutien)

    - Partager des séances en classe " ordinaire"

    • projet production écrite en CP :  le Méli Mélo - création de phrases à partir de dessins Sujet/verbe complément - manipulation en grand groupe, en atelier puis fabrication d'un livre mobile illustré)

     

     

     

    Développer les interactions entre les enfants

    Développer les interactions entre les enfants

     

     

     

     

     

     

     

     

    • ateliers jeux mathématiques en CP

     

    Mon Bilan :  outre le contenu pédagogique lié au domaine enseigné, cela  permet un rapprochement entre les élèves. ils apprennent à mieux se comprendre et à décrypter les comportements ou les codes. Mon rôle est de permettre  la mise en  mots sur les situations pouvant être perçues comme étranges ( là il crie parce qu'il y a du bruit, là  ), d’amener les enfants à  chercher ensemble des aménagements ( là il a du mal à garder sa ligne de course alors on va mettre des repères de couleur ...) , créer du tutorat actif ou passif ( par l'imitation spontanée des élèves TSA ou imitation différée dont l'on retrouve le bénéfice quelques séances plus tard)  mais aussi dans l'autre sens car les élèves TSA de l'ULIS ont de nombreuses compétences ( certains sont bons lecteurs, parlent plusieurs langues ...). Donc il est important de les valoriser pour faire évoluer les regards.
    de vraies amitiés sont nées, des liens se sont tissés. Même si cela ne concerne pas encore tous les élèves, on note un regard bienveillant , les choses changent et c'est tant mieux !!!

     

    J'espère que cela vous donnera envie de vous lancer si ce n'est déjà fait !

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    3 commentaires
  • Arts visuels, arts plastiques, dessin, peinture ... autant de termes pour désigner ce fabuleux moment où les enfants explorent couleurs et matières, se salissent les mains, sont créatifs et joyeux !!!

    OUPS !!! quelle ne fut pas ma surprise devant le flop des premières séances avec mes élèves  ...

    • Celui qui refuse de mettre un tablier
    • celui qui ne voudra plus le quitter
    • celui qui ne veut pas toucher la peinture
    • celui qui au contraire a besoin de toujours ( et oui) mettre la main dedans
    • Celui qui met tout à la bouche
    • celui qui va renifler chaque matière, couleur
    • celui qui reste face à toi sans rien faire ...
    • Celui qui coûte que coûte ne veut que du vert
    • Celui qui peint toujours au même endroit et finit par faire un trou dans la feuille ...

    Cette liste n'est pas exhaustive.... forcément ..... là tu te dis qu'il va falloir bosser et réfléchir !

    Ah oui l'ANGOISSE de la page blanche, Le MANQUE de DÉSIR  ....  La  PEUR de laisser une trace ... voilà ce que j'ai entendu des psychologues dont je ne citerai que peu l'affiliation ....

    Alors voilà , à partir de mes observations, j'ai cherché à comprendre chaque enfant et son rapport avec les matières , les couleurs, les espaces ... ,  J'ai compris qu'ils avaient parfois besoin de tout apprendre ou presque .  j'ai testé différentes approches, stratégies pour mettre leur talent au grand jour ! Car oui ils ont du talent !!! Il faut parfois accompagner pour que l'enfant se construise des outils et puisse être en capacité de se mettre en action.

    Voici donc quelques idées en vrac :

    Notre pictogramme arts plastiques !

    Un atelier de 45 mn fixé sur notre emploi du temps en petit groupe ( 4 enfants max) pour

    • Apprendre à mettre et enlever les tabliers
    • Apprendre à utiliser/nommer/explorer les outils ( pinceau, craies, rouleau, ciseaux ...)
    • Explorer la matière (peinture, colle, papier ...)
    • Apprendre différents mouvements avec le bras, le poignet et la main mais aussi leur amplitude
    • travailler dans différents espaces et formats ( petites feuilles, bandes, format A4/ A4/raisin ...)
    • travailler dans différentes postures ( assis, debout, sur le sol, sur plan incliné ...
    • Apprendre à représenter son environnement, des personnages

    Quelques astuces:

    • Bien anticiper la préparation matérielle pour pouvoir uniquement se consacrer aux enfants
    • Toujours avoir des lingettes, éponges, mouchoirs à portée de main
    • protéger le sol et les tables
    • avoir des gants en latex pour ceux qui dans un premier temps ne veulent ou ne peuvent pas toucher en raison de leurs particularités sensorielles.

    Souvent, au début, mes élèves avaient du mal à se lancer, ils attendaient ! Bah non pas le désir mais un mode d'emploi !! Voici quelques stratégies utilisées à plus ou moins long terme ( estompage ou pas)

    • guidance physique/main sur main ( accompagner le mouvement par une pression plus ou moins forte et une guidance plus ou moins importante du bras ou poignet pour accompagner le geste. Ainsi l'enfant mémorise rapidement dans son corps le "tracé")
    • fiches avec étapes à suivre pas à pas en visuel ( étape 1 : je trace la tête avec dessin de tête , étape 2: je dessine les yeux avec le dessin  "tête et yeux ")
    • modèle à recopier ( bon cela reste à la marge car certains ne comprennent pas qu'ils peuvent faire un peu autrement ...)
    • Tutelle latérale ( je fais à côté de lui et il observe souvent et s'inspire de mes mouvements l'air de rien)
    • Tutelle latérale par les copains non autistes  de la classe
    • faire à deux en co-création enfant/adulte
    • la course aux pinceaux ... celui de l'enfant suit celui de l'adulte (ça aide certains enfants à explorer l'espace feuille)
    • utiliser des objets comme gabarits ou modèles 3D

    Les enfants se sont investis petit à petit, les aides s'estompent pour certaines et d'autres restent. Certains avancent à pas de géants et d'autres à petits pas mais ce qui est génial c'est que maintenant tous les enfants participent!

    Nous avons décidé cette année de ne plus accrocher les productions dans la classe car elles créent trop de parasites ou stimulations visuelles. Nous les exposons dans le couloir à la vue de tous. c'est "Le petit musée de l'ULIS" !

     

    Arts plastiques... quelques pistes

     

     

     

    Voici donc les œuvres réalisées en cette première période 2017. Le thème est autour des  "représentation de soi, du corps". Nous avons travaillé les portraits, les silhouettes et un peu de mise en volume .

     

     

    Arts plastiques... quelques pistes

    Dessin feutre et crayons de couleurs : portrait

     

     

     

    Arts plastiques... quelques pistes

    A partir de fonds travaillés lors de la séance précédente, composer un personnage : Papier Collage

     

     

     

    Arts plastiques... quelques pistes

     

     

     

     

     

    Arts plastiques... quelques pistes

     

     

    Arts plastiques... quelques pistes

     

     

    Les silhouettes: l'enfant s'allonge sur le papier (rouleau), l'adulte fait le contour du corps. Ensuite, coloriage intérieur à la craie grasse, extérieur à l'encre.

     

    Arts plastiques... quelques pistes

     

     

     

     

    Arts plastiques... quelques pistes

     

    Collage papier cartonné

    Arts plastiques... quelques pistes

     

    Arts plastiques... quelques pistes

    Compositions visages avec objets divers en volume

     

    Arts plastiques... quelques pistes

     

    Arts plastiques... quelques pistes

    Arts plastiques... quelques pistes

    Comme pour les silhouettes, on pose cette fois la poupée, on trace le contour avec le crayon. On repasse au feutre noir. On trace des traits dans différentes directions pour créer de nouveaux espaces. on colorie avec la craie. On réalise un visage ...

     

     

    Vers des créations spontanées

    Arts plastiques... quelques pistes

     

     

     


    votre commentaire
  • Rendre accessible les savoirs, permettre l' apprentissage, adapter les contenus, les supports, répondre aux besoins spécifiques des enfants à besoins éducatifs particuliers reconnus  en situation de handicap par la MDPH relève des missions de toute une équipe éducative.

    Le rôle du coordinateur de l'ULIS est bien au delà de ses missions d'enseignement de permettre à chacun des membres de l'équipe éducative de mieux comprendre l'enfant, l'élève concerné. Il s'agit donc de "récolter" des informations indispensables auprès de tous les partenaires pouvant éclairer nos lanternes . Ainsi on peut avoir une vision globale de l'individu singulier que constitue n'importe quel être humain. A la lumière de ces informations, chacun peut alors mettre en œuvre des actions spécifiques en lien avec sa fonction auprès de l'enfant.

    C'est dans le document Projet Pédagogique Individualisé  que j'ai synthétisé toutes ces informations et essayé de proposer une trame d'action en réponse aux besoins de l'enfant.

    Je rédige donc un PPI pour chacun des élèves à la fin de cette première période. Il se réajuste au besoin en cours d'année en fonction des évolutions de l'enfant.

    Voici à mon avis ( cela n'engage que moi) les éléments à ne pas oublier

    • informations administratives
      • identité de l'élève
      • ses représentants légaux
      • son parcours scolaire
    • les partenaires de soin
      •  qui sont ils
      • leur fonction
      • les modalités de prise en charge
    • Recueillir des informations précieuses sur la vie de l'enfant et ses spécificités
      •  synthèse de l'entretien familial
      • synthèse des éléments apportés par les partenaires
      • synthèse des bilans médicaux / ou thérapeutiques
      • synthèse des évaluations diagnostiques de classe et dispositif ULIS
    • Établir les points d'appui de l'enfant/ ses difficultés dans le domaine scolaire
    • Établir les points d'appui de l'enfant/ ses difficultés en ce qui concerne ses spécificités cognitives
    • Établir les points d'appui de l'enfant/ ses difficultés en ce qui concerne son comportement et ses centres d'intérêt
    • dégager des besoins
    • proposer des stratégies d'intervention
    • Établir les priorités d'action pour chacun des intervenants
      • enseignant classe ordinaire
      • enseignant spécialisé ULIS
      • les partenaires de soin
      • la famille

    Le projet est donc étayé par les membres souhaitant s'y joindre

    Enfin, nous pouvons mettre en annexe l'emploi du temps de l'enfant faisant ainsi apparaitre le temps de scolarisation en classe ordinaire et en Ulis, les temps de prise en charge (sur temps scolaire ou en dehors) les activités de loisirs.

    La programmation pédagogique par période peut également être indiquée.

    Cette liste n'est pas exhaustive et les coordinateurs d'ULIS on chacun leur document personnalisé.

    Le PPI reste un document de travail confidentiel partagé entre les différents membres de l'équipe. Il peut également être transmis avec les autres documents (GEVASCO) à la MDPH lors des Réunions d'équipe de suivi de scolarisation. Ainsi il constitue une part du PPS (projet personnalisé de scolarisation). Il ne peut être transmis qu'avec l'accord des familles ( comme tout document transmis)

    Voici un exemple de PPI pour mon ULIS TSA. Il est vierge mais j'y ai laissé quelques exemples pour une plus grande compréhension.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique